L’énergie Hydraulique

De l'eau à l'électricité pour tous

L’électricité est un produit rare en Afrique : le taux d’électrification est limité à 42% à l’échelle du continent, soit le taux le plus faible de l’ensemble des régions en développement. Dans ce contexte, le Bassin du Congo enfonce le clou du mauvais élève, avec un taux inférieur à 20%…

taux elec

Taux d’électrification et population sans accès à l’électricité en Afrique (Carte tirée de World Energy Outlook 2010 ; Chiffres 2009)

Pourtant, le Congo et ses affluents recèlent une énorme énergie électrique potentielle (100.000 MW), doublement favorisés à cet égard par leur débit soutenu, et leur profil en long entrecoupé de brusques dénivellations.

L’équipement complet du seul site d’Inga, situé sur le cours inférieur du Congo à proximité de Matadi (d’une puissance estimée supérieure à 40.000 mégawatts, soit une production potentielle de 250 milliards de kilowatts/heure), pourrait couvrir les besoins actuels de l’Afrique subsaharienne.

Mais seuls 650-750 mW sont produits en raison du non fonctionnement des deux tiers des turbines (FAO, Aquastat, 2005).

Bassin_centrales_hydroelec Bassin_potentiel_hydroelecL’acheminement de l’électricité à l’intérieur de la RDC à partir du site d’Inga demeure difficile et peu rentable en raison de la faiblesse de la consommation et du coût des lignes haute tension. Une part de l’électricité produite est exportée au Congo Brazzaville, en Angola et jusqu’en Afrique Australe.

Plusieurs projets d’interconnexion à partir du « Grand Inga » et plus globalement du Pool Energétique d’Afrique Centrale (PEAC) sont envisagés dans l’avenir pour alimenter en électricité de nombreux pays d’Afrique : le Northern Corridor (relier la RDC à l’Egypte sur 5.300km) ; le Western Axis (relier la RDC au Nigéria) ; le Western Corridor (relier la RDC à l’Afrique du Sud) et le renforcement des lignes haute tension vers la Zambie.

La République démocratique du Congo et l’Afrique du Sud ont signé le 12 novembre 2011 un protocole d’accord pour relancer le projet du méga-complexe hydroélectrique d’Inga afin de contribuer à la solution de déficit en énergie électrique auquel les deux pays sont confrontés.

elec2

Source : Senghi, K., « Les marchés de l’énergie », Table ronde nationale sur l’étude du développement hydroélectrique du site d’Inga, mars 2006