Pour l’agriculture

Un grand potentiel d'irrigation

En comparaison des autres zones africaines, l’Afrique Centrale ne prélève que très peu d’eau, quelque soit le secteur concerné.

Elle destine 56% de ses prélèvements d’eau au secteur de l’agriculture (irrigation et eau pour le bétail), du fait essentiellement des précipitations annuelles (> 1.000 mm / an en moyenne) qui lui permettent des cultures pluviales non réalisables dans les pays arides. La moitié de ses prélèvements le sont par le Cameroun (FAO-Aquastat 2005).

Bassin_grands_systèmes_cultures

On entend par « système de production agricole » les populations rurales qui ont à peu de choses près les mêmes ressources naturelles et économiques disponibles, et font face aux mêmes contraintes et opportunités.

On trouve dans le bassin deux grands systèmes. Celui basé sur les tubercules est localisé dans les basses plaines. Sans arboriculture majeure, les sources de revenus sont plutôt focalisées sur le manioc, l’igname, la patate douce et les légumineuses, ainsi que sur d’autres activités non agricoles.

Le système forestier est basé sur les cultures vivrières incluant l’haricot, le manioc, le maïs, la patate douce, le tarot, ainsi que d’autres activités comme la chasse et la cueillette.

Ces systèmes de production traditionnels sont bien adaptés aux possibilités de l’environnement naturel pour des densités de peuplement faibles (ce explique en partie le faible taux d’irrigation du Bassin, moins de 1% de la superficie cultivée), mais montrent aujourd’hui leur insuffisance dans une tendance démographique à la hausse.

Bassin_pression agricole

Le potentiel d’irrigation est pourtant gigantesque dans le Bassin (> 6 millions d’hectares, soient 23% du potentiel Africain ; Source : FAO-2005), et couplé à une amélioration des infrastructures de transport, permettrait un développement agricole conséquent nécessaire à l’autosuffisance voire l’exportation alimentaire.