Hydrologie

Débordant débit

Le débit annuel du fleuve, remarquable, est assez stable avec 41 000 m3/s à Kinshasa/Brazzaville, du fait de l’homogénéité relative du climat équatorial, caractérisé par l’absence d’une réelle saison sèche et du rôle de tampon des grands marécages de la forêt tropicale de la Cuvette Centrale à basse altitude.

Web

Le débit du Congo est influencé par une série complexe de facteurs, mais dans l’ensemble, le Congo est plus constant que bien d’autres fleuves africains car de grandes sections de son bassin se situent au-dessus et en-dessous de l’équateur, dans la trajectoire de la zone de convergence intertropicale. Toutefois, il y a une certaine variabilité annuelle, décembre étant le mois où le débit est maximal et juillet – août les mois où le débit est le plus faible. Les affluents provenant du sud, comme la rivière Kasaï, comportent deux périodes de basses eaux et deux de hautes eaux par an. Par contre, les affluents provenant du nord, comme l’Oubangui, ne comportent qu ́une seule période de hautes eaux, ce qui implique que le régime du fleuve principal varie d’un endroit à un autre (Shahin, 2002).

Depuis 1960, il y a eu une diminution générale du débit ce qui coïncide avec la diminution des précipitations signalée par les stations météorologiques principales.

(Source: Chapitre 9 du rapport Les Forêts du Bassin du Congo – Etat des Forêts 2008. Eds : de Wasseige C., Devers D., de Marcken P., Eba’a Atyi R., Nasi R. et Mayaux Ph., 426 pages, Office des publications de l’Union européenne, 2009).