L’implantation en Afrique Centrale, du programme spatial panafricain « GMES & Africa » boostée par le développement de deux nouveaux projets par la CICOS

Deux services réalisés par GMES & Africa, sont concernés par ces nouveaux projets qui portent respectivement, sur « l’élaboration de Systèmes d’Information sur l’Eau et adaptation aux changements climatiques dans le bassin du Congo » financé par l’AFD et le FFEM, d’une part, et sur « l’Appui à la Règlementation, la Facilitation, la Sécurisation et  la Durabilité du Transport fluvial dans la zone CICOS », financé par l’Union Européenne, d’autre part. Il s’agit du Suivi des hauteurs d’eau pour la navigation fluviale (service 1) et du Suivi de la dynamique des zones humides sous forêts de la cuvette centrale (service 3).

L’objectif général du projet de l’AFD/FFEM, signé le 2 février dernier par les parties prenantes, est d’améliorer la résilience et l’adaptation aux changements climatiques par un renforcement de la connaissance sur la ressource en eau et son application opérationnelle sur le bassin du fleuve Congo. Dans l’une de ses composantes, il est prévu le développement d’une application de suivi journalier des hauteurs d’eau pour les besoins de la navigation fluviale. Ce qui rejoint le service 1 du Projet GMES & Africa, qui a déjà réalisé dans un premier temps, une carte électronique de navigation sur le fleuve Congo,  ayant servi de base à la mise en place d’une application smartphone, véritable guide aux navigants, qui permet d’éviter les passes difficiles et de naviguer en suivant le chemin bien balisé sur l’ensemble des voies d’eau de ce deuxième fleuve continental. Selon Dr Georges Gulemvuga, coordonnateur du Projet GMES & Africa/CICOS, «  d’autres cartes électroniques de navigation sont en cours d’élaboration sur deux de ses affluents importants, à savoir le Kasaï et l’Oubangui ». Le Projet AFD pourra ainsi s’appuyer sur ces acquis en développant d’autres inputs sur les alertes aux étiages tels que prévus dans sa mise en œuvre ; et surtout en étendant ce service sur l’ensemble des sous bassins navigables de la région Afrique Centrale. Ainsi, un bulletin journalier de l’évolution des hauteurs d’eau nécessaires à la navigation sur les sous bassins de la région sera élaboré et diffusé par l’application smartphone auprès des services de navigation et des bureaux des corporations des Armateurs.

Passe critique de Zinga sur le fleuve OUBANGUI

Carte électronique de navigation sur le fleuve Congo

 

 

 

 

 

 

 

Dans le même ordre d’idées, la CICOS et par ricochet l’Afrique Centrale, pourra amplement tirer profit de de ces avancées obtenues par le Projet GMES & Africa sur le volet fluvial, dans la mise en œuvre du deuxième projet sous financement de l’Union Européenne, dont la convention a été signée le 19 avril 2021. Son objectif est de renforcer la sécurité et la durabilité des activités de transport par voies d’eau intérieures dans le bassin du Congo. L’opérationnalisation de l’Observatoire des barrières non physiques et d’un Système commun de radiocommunication ainsi que la construction des unités fluviales pilotes qui répondent aux normes de sécurité requises, qui sont parmi les actions phares de ce Projet, pour lutter contre les accidents et les incidents de navigation, pourront certainement dynamiser l’application smathphone de GMES & Africa et vulgariser son utilisation par les armateurs. Ce qui fait dire au Dr Dorice Kuitcha épouse Kegni, coordonnatrice de ce Projet à la CICOS, que «  les jalons posés par le Projet GMES & Africa constituent une véritable aubaine pour la mise en œuvre de certaines activités envisagés en rapport avec la sécurisation de la navigation fluviale dans le bassin du Congo »

Par ailleurs, le service 3 mis en œuvre par GMES & Africa sur le  suivi de la dynamique des zones humides sous forêts de la cuvette centrale, occupe une place particulière dans les activités qui seront développées par le Projet AFD/FFEM qui prévoit d’assurer le suivi de l’évolution des plans d’eau sous forêts dont le renouvellement dépend directement des régimes hydrologiques des affluents septentrionaux du bassin du Congo, qui connaissent des variations de leurs écoulements dues aux étiages sévères enregistrés notamment sur l’Oubangui depuis la décennie 1970. Il s’agit, tout comme le Projet GMES & Africa, de suivre les principaux impacts de la dynamique des zones inondées de la Cuvette Centrale sur la biodiversité. Ainsi, les modèles de suivi des indicateurs en cours d’élaboration par OSFAC,  partenaire du Projet GMES & Africa, serviront de base à ce nouveau projet qui projette de donner à la CICOS et ses partenaires dans les Etats membres, la possibilité de publier un bulletin trimestriel sur les indicateurs de suivi de la dynamique des zones inondée sous forêt et de ses impacts sur la biodiversité.

Carte des zones humides de la Cuvette Centrale

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En Afrique Centrale, une synergie d’action vient ainsi de naitre autour du Programme continental GMES & Africa, qui se positionne comme le catalyseur de l’intégration africaine en matière de la technologie spatiale.

22.04.2021