REMISE DE L’ATLAS DU BASSIN DU CONGO AUX ETATS MEMBRES DE LA CICOS

Au cours d'une vaste camapagne de sensibilisation, l'Atlas du bassin du Congo a été diffusé dans les Etats membres de la CICOS, du 9 au 31 octobre 2017.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’est par le Cameroun qu’a débuté cette vaste opération de vulgarisation de cette première édition de « l’Atlas du bassin du Congo ». Publié par le Secrétariat Général de la CICOS , avec l’appui financier de la coopération allemande, l’Atlas répond à l’absence de document d’informations générales de référence sur les ressources en eau du bassin du Congo. Dans chaque pays, l’opération s’est déroulée en deux étapes: une remise officielle au Ministère de tutelle et une exposition à l’Université.

A Yaoundé, le Ministre délégué auprès du Ministre des Transports, le Dr Mefiro Oumarou a, dans son allocution, salué cette initiative et félicité la CICOS. Il a encouragé sa vulgarisation dans toutes les sphères de la société camerounaise pour une meilleure connaissance des potentiels du bassin du Congo. Largement présentés dans l’Atlas, ces potentiels sont regroupés autour de deux angles à savoir le milieu Humain et le milieu naturel, qui constituent les deux parties du document. Ce qui a fait dire à l’Inspecteur Central en charge de l’Energie, représentant le Ministre du développement énergétique et des ressources hydrauliques de la République Centrafricaine que  » l’Atlas a pour but de mettre en valeur l’immense richesse du bassin du Congo dans toues ses composantes: naturelles, touristiques, énergétiques, humaines, etc. » Justement à Bangui, deuxième étape de la campagne de diffusion de l’Atlas, l’accueil réservé à l’Atlas était de haute facture, au regard de la participation massive des acteurs à la cérémonie officielle de remise de ce document. A Brazzaville en République du Congo, le Directeur de Cabinet du Ministre de l’Energie et des Ressources Hydrauliques, représentant le Ministre, a quant à lui, relevé que l’Atlas du bassin du Congo, est une opportunité pour sensibiliser un large public notamment la jeunesse, sur les grands enjeux liées aux immenses ressources en eau du bassin du Congo. C’est qui rejoint la préoccupation de son homologue de l’autre côté de la rive, à Kinshasa. En effet, pour le Directeur de Cabinet du Ministre de l’Environnement et du Développement Durable de la République Démocratique du Congo, l’Atlas doit être vulgarisé non seulement dans les universités, mais aussi dans les lycées et collèges. pour sa part, le Secrétaire Général du Ministère des Transports du Gabon, représentant le Ministre de tutelle de la CICOS dans ce pays, l’Atlas qui est un outil de promotion et de vulgarisation au service du développement des Etats membres de la CICOS, devrait servir d’outil d’aide à la décision aux politiques et de guide pour les organisations non gouvernementales.
la deuxième étape consacrée aux universités s’est déroulée dans trois pays, à savoir le Cameroun, la Centrafrique et le Congo. En RDC et au Gabon, l’activité est reprogrammée ultérieurement. Dans ces trois pays une affluence particulière des étudiants a été observée. A l’Université de Bangui, tout comme, quelque jours auparavant à l’Université de Yaoundé I, et plus tard à l’Université Marien Ngouabi, les étudiants au département de géographie ont brillamment présenté des exposés sur l’Atlas en épinglant des problématiques pertinentes dans le bassin. la pollution, la déforestation, les maladies hydriques, les changements climatiques, etc.