De l’état de lieux à la vision partagée

Deuxième round des réunions des plateformes de concertation nationales pour l’élaboration du SDAGE

Suite au premier round des plateformes de concertation nationales (PCN) consacré à la réalisation d’un état des lieux, la CICOS vient de terminer le deuxième round pour la définition d’une vision partagée. L’équipe de pilotage composée des experts de la CICOS, de la GIZ et du consultant GFA, a conduit et facilité les ateliers nationaux en République du Congo (du 8 au 10 avril 2015), en République Gabonaise (du 15 au 17 avril 2015), au Cameroun (du 22 au 24 avril 2015) et enfin en RDC (du 28 au 30 avril 2015). La plateforme de concertation nationale pour la République Centrafricaine aura lieu du 27 au 29 mai 2015.

Au cours des ateliers nationaux, il s’est agi de compléter et de valider les résultats du travail de la première phase du SDAGE, à savoir « l’état des lieux ». C’est à partir de ces résultats que les éléments de la vision partagée seront dégagés lors de la Plateforme de Concertation Régionale prévue du 1er au 3 juin à Douala au Cameroun. En effet, l’état des lieux indique clairement que les potentiels dans le bassin sont énormes, tant en matière de navigation que d’agriculture et d’hydroélectricité. Les participants des plateformes de concertations nationales se sont penchés sur cette question en se demandant comment faire de ces potentiels une réalité qui contribuera directement au développement économique de la région et à la réduction de la pauvreté en Afrique Centrale?

Ensuite il a été question de la définition de la vision partagée pour le bassin du Congo et ses populations. Il s’agissait de définir clairement le cadre et de savoir quelle doit être la contribution de la CICOS pour atteindre cette vision du développement dans le bassin. Compte tenu des enjeux, la CICOS ne peut pas réaliser cette tâche toute seule. Il revient d’ailleurs aux usagers et aux gestionnaires de la ressource de définir cette vision. Il s’agira au terme du processus, de dégager clairement les priorités. Par exemple, est-ce que la priorité est de développer les infrastructures afin de satisfaire aux besoins des populations ou est-ce qu’il convient d’abord de protéger l’environnement à tout prix? Telles sont les questions auxquelles ces plateformes devront trouver des réponses concrètes au cours des deux mois à venir. Et au terme de la plateforme régionale de juin, cette vision partagée sera formulée et elle définira le programme des mesures de la CICOS d’ici fin 2015.