LA CICOS PRESENTE LES RESULTATS DU MODELE D’ALLOCATION DES RESSOURCES EN EAU DU BASSIN DU CONGO

Une vue des travaux de l’Atelier

Les participants autour du Secrétaire Général de la CICOS

Plusieurs experts venus des pays membres de la CICOS ont pris part, les 02 et 03 septembre 2015, aux travaux de l’atelier régional à Kinshasa (République Démocratique du Congo), sur la présentation des résultats du modèle d’allocation des ressources en eau du bassin du Congo. Il s’agit pour la CICOS, d’informer les participants sur les résultats des scénarios d’aménagement du modèle d’allocation et d’expliciter le fonctionnement dudit modèle en vue d’assurer une appropriation des possibilités de l’outil.

Les participants étaient issus pour la plupart, des institutions des pays membres de la CICOS impliquées dans la gestion et la planification des ressources en eau du bassin du Congo. Il faut noter également la présence des représentants des Partenaires Techniques et Financiers (PTF) notamment l’Agence Française de Développement (AFD) et la GIZ.

Le Secrétaire Général de la CICOS, M. Simon Sakibédé, a ouvert les travaux par une allocution de bienvenue dans laquelle il a situé le contexte de la tenue de cet atelier et a exprimé les attentes de la CICOS. Il a également rappelé que les Etats membres fondent un grand espoir sur cet important projet qui vise à les doter des capacités en matière de gestion et d’allocation des ressources en eau du bassin du Congo.

Durant les 2 jours des travaux, les Experts ont pris connaissance avec beaucoup d’intérêt des résultats du modèle d’allocation de la Ressource élaborés par la CICOS avec l’appui technique d’un consultant du cabinet BRLi. Celui-ci a, au cours de sa présentation, décrit les différents scénarios en mettant en exergue l’outil et la chaîne de modélisation, les indicateurs par thématique ainsi que les résultats de simulation et les perspectives.

L’intérêt des échanges qui ont suivi a consisté à éclairer les participants sur l’utilité du modèle en tant qu’outil d’aide à la décision. Il s’est agi d’apporter d’amples explications entre autres, sur la prise en compte par le modèle, de la déforestation dans l’évolution hydrologique et le changement climatique ; la variation des précipitations entre les hémisphères Nord et Sud et sa prise en compte dans les modélisations ; les critères pour différencier les sites hydroélectriques retenus ou non, dans les scénarios modélisés ; la compatibilité entre navigation et la construction de nouveaux barrages ; La vulgarisation et la mise à disposition de l’outil par la CICOS, etc.

En guise de recommandations, les participants ont salué le travail de la CICOS et sollicité, la réhabilitation d’un réseau de stations de mesure hydrométriques, adapté à la taille du bassin qui doit être assuré par les Etats membres, le renforcement des capacités des pays membres afin qu’ils s’approprient le modèle en lien avec le Secrétariat Général de la CICOS et qu’ils puissent en tirer tous les bénéfices possibles. Enfin, l’atelier a exhorté les Etats à mettre tout en œuvre pour alimenter régulièrement la CICOS en données hydrométéorologiques et en données techniques sur les projets d’aménagements hydrauliques.

Rappelons que ce projet qui porte sur la mise en place de l’outil de modélisation hydrologique et d’allocation des ressources en eau du bassin du Congo va permettre la planification optimale des projets de grandes infrastructures hydrauliques et servir de base pour l’élaboration du Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux du bassin du Congo (SDAGE).

Les participants autour du Secrétaire Général de la CICOS

Les participants autour du Secrétaire Général de la CICOS