Rôle et attributions du SAF-RH

Conformément à l’article 7 de la Décision n° 08/CICOS-CM.05 du 13 décembre 2007, modifiant la Décision n°05/CICOS-CM-01 du 27 novembre 2003 portant Organisation et Fonctionnement du Secrétariat Général de la CICOS, le Service , est chargé de :

Rôle et attributions de la DEIVN

Conformément à l’article 16 de la Décision n° 08/CICOS-CM.05 du 13 décembre 2007, modifiant la Décision n°05/CICOS-CM-01 du 27 novembre 2003 portant Organisation et Fonctionnement du Secrétariat Général de la CICOS, la Directeur de l’Exploitation, des Infrastructures et des Voies Navigables (DEIVN) est chargée de :

 

 

 

Rôle et attributions du SPPC

Conformément à l’article 13 de la Décision n° 08/CICOS-CM.05 du 13 décembre 2007, modifiant la Décision n°05/CICOS-CM-01 du 27 novembre 2003 portant Organisation et Fonctionnement du Secrétariat Général de la CICOS, le Directeur des Ressources en eau, est chargé de :

– superviser toutes les activités de planification et de stratégie du Secrétariat Général de la CICOS ;

– contribuer à la planification des programmes et projets des Directions techniques ;

– assurer la coordination des programmes et projets de coopération ;

– développer et assurer le suivi du plan stratégique et du plan d’action du Secrétariat Général ;

– planifier les formations professionnelles du personnel du Secrétariat ;

– établir et suivre les relations de coopération avec les organismes de missions similaires et les partenaires au développement ;

– suivre et évaluer les projets de la CICOS et préparer les rapports sur leur état d’avancement ;

– veiller à l’exécution des recommandations faites par les organes décisionnelles de la CICOS, les partenaires techniques et financiers.

 

Avis d’appel à candidatures pour le recrutement de consultants individuels sur les Politiques Economiques

Avis d’appel à candidature

Rôle et attributions du S/REGLEMENTATION

Conformément à l’article 26 de la Décision n° 08/CICOS-CM.05 du 13 décembre 2007, modifiant la Décision n°05/CICOS-CM-01 du 27 novembre 2003 portant Organisation et Fonctionnement du Secrétariat Général de la CICOS, la Direction Juridique et de la Réglementation, est chargé entre autres de :

Rôle et attributions du SPPR

Conformément à l’article 21 de la Décision n° 08/CICOS-CM.05 du 13 décembre 2007, modifiant la Décision n°05/CICOS-CM-01 du 27 novembre 2003 portant Organisation et Fonctionnement du Secrétariat Général de la CICOS, le Service de Prévention de la Pollutions et des Risques, est chargé entre autres de :

 

Rôle et attributions du SICE

Conformément à l’article 12 de la Décision n° 08/CICOS-CM.05 du 13 décembre 2007, modifiant la Décision n°05/CICOS-CM-01 du 27 novembre 2003 portant Organisation et Fonctionnement du Secrétariat Général de la CICOS, le Service Information, Communication et Education, est chargé entre autres de :

Rôle et attributions du SI

Conformément à l’article 11 de la Décision n° 08/CICOS-CM.05 du 13 décembre 2007, modifiant la Décision n°05/CICOS-CM-01 du 27 novembre 2003 portant Organisation et Fonctionnement du Secrétariat Général de la CICOS, le Service Informatique, est chargé entre autres de :

Rôle et attributions du Comptable

Conformément à l’article 8 de la Décision n° 08/CICOS-CM.05 du 13 décembre 2007, modifiant la Décision n°05/CICOS-CM-01 du 27 novembre 2003 portant Organisation et Fonctionnement du Secrétariat Général de la CICOS, le Service comptable est chargé, est chargé entre autres de :

Rôle et attributions du CG

Conformément aux articles 52, 53 et 54 de la Décision n° 11/CICOS-CM.01 du 27 novembre 2013 portant Règlement financier de la CICOS, le Contrôleur de Gestion, est chargé entre autres de :

Infrastructures

Malgré son vaste potentiel, le système de navigation fluviale demeure un mode de transport marginal dans le bassin du Congo et tarde à tenir ses promesses en termes de contribution au développement économique général. Ceci en partie, en raison de la vétusté et de l’insuffisance de ses infrastructures. 

Voici en quintessence, l’état des lieux réalisé par la CICOS sur les infrastructures portuaires dans les Pays du Bassin du Congo :

Le Cameroun n’a pas de ports dans le réseau fluvial de la CICOS. Cependant, les exploitants forestiers ont aménagé quelques rampes de mise à l’eau des grumes et de quai en terre battue, communément appelés débarcadères.

Carte du réseau fluvial du Pays

Parmi les points d’accostage, celui de Mouloundou sur la Rivière N’Goko et celui de Socambo, sur la Sangha, sont les plus développés avec une forte activité. Long de 9 m, le débarcadère de Socambo est équipé de deux (2) bacs  (le bac ‘’CIB’’ de 110 tonnes et le bac’’IFO’’ de 160 tonnes) qui permettent le transport des passagers, des véhicules et des marchandises diverses. Il comporte 3 petits sites d’accostage où plusieurs barges de 15 à 60 tonnes avec micro pousseurs, assurent le trafic des marchandises diverses et passagers.

 

 

En résumé, dans l’espace CICOS, il existe 10 débarcadères aménagés au Cameroun. Il s’agit de :

  1. Débarcadère de Socambo
  2. Débarcadère de Libongo
  3. Débarcadère de Bela
  4. Débarcadère de Kika
  5. Débarcadère de Mokounounou
  6. Débarcadère de Moloundou
  7. Débarcadère Koumela
  8. Débarcadère de Moloundou rivière
  9. Débarcadère de Adjala
  10. Débarcadère de Ndongo

Débarcadère de Sokambo

Débarcadère de Mouloundou

Débarcadère de Libongo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La Centrafrique dispose de deux principaux ports fluviaux et de plusieurs débarcadères.

Le Port pétrolier de Kolongo et le Port de Banqui sont des ports opérationnels dont les infrastructures sont en bon état. Si le Port de Kolongo est une entreprise para-publique où l’Etat centrafricain possède  51% de parts,  le Port de Bangui quant à lui, est géré par la Société Centrafricaine des Transports (SOCATRAF) qui est une société anonyme signataire d’un contrat d’affermage avec l’Etat Centrafricain depuis 2005.

Carte des voies navigables de la RCA

Installé sur une superficie de 28.000 m2, le Port de Banqui dispose de 3 quais (Port Amont, Port Aval et Port Central), une trentaine d’entrepôts et une dizaine de grues. Le Port pétrolier de Kolongo, quant à lui, est sur une superficie de 2000 km2, avec un quai de 30 m et une grande capacité de stockage de près de 50.000 m3

Quai au Port Amont de Bangui

Manutention par une grue

Citernes de stockage des produits petroliers au Port de Kolongo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

S’agissant des débarcadères, ce sont pour la plus part des berges non aménagées où se font le chargement et/ou le déchargement des marchandises ainsi que l’embarquement ou  le débarquement des passagers. Parmi ces débarcadères, la CICOS a recensé 18 qui ont un statut d’établissements publics à caractère commercial. Il s’agit de :

  1. Débarcadère Ouango Sao
  2. Débarcadère de Possel
  3. Débarcadère de Ndjoukou
  4. Débarcadère de Kouango
  5. Débarcadère de Zangba
  6. Débarcadère de Mobaye
  7. Débarcadère de Satéma
  8. Débarcadère de Béma
  9. Débarcadère de Villa Kolongo
  10. Débarcadère de Salo
  11. Débarcadère de Bayanga
  12. Débarcadère de Lidjombo
  13. Débarcadère de Mongo-Etat
  14. Débarcadère de Zinga
  15. Débarcadère de Moungoumba
  16. Débarcadère de Nola

Débarcadère de Mongo-Etat

Manutention à dos d’homme dans un Point d’accostage

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans l’espace CICOS, le Congo compte 1 port fluvial principal, 4 ports fluviaux secondaires et 6 points d’accostages.

Carte du réseau fluvial du Congo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Port de Brazzaville est le principal port qui est situé au point limite aval de navigabilité du fleuve Congo, juste en amont des premiers rapides infranchissables, à 30 km de Maloukou–Mbamou de la rive droite du fleuve Congo au niveau du Pool Malebo. Il est subdivisé en 5 sites qui sont :

Le domaine opérationnel du Port de Brazzaville s’étend sur près de 4400 ml[1] allant du niveau de la chambre de commerce au port de Yoro. Il est installé sur une superficie 55 ha, avec 1128 m de quai dont 770 m au port public, 230 m de perré , 556 m 2 de bureaux, 16584 m2 de magasins ouverts au service public excepté le bâtiment occupé par le GIE-SCEVN, 54415 m2 de terre-pleins aménagés et enfin, 77813 m2 de terre-pleins  abritant le dépôt des hydrocarbures de la Société Commune Logistique (SCLOG).

Grues en activité au Port de Brazzaville

Quai d’accostage au Port de Brazzaville

Passerelle au Beach de Brazzaville

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Port de Ouesso

Port de Mossaka

Port de Impfondo

Un site au Port de Ngombe

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans l’espace CICOS, le Pays dispose d’un grand Port public à Kinshasa, géré par la Société Commerciale des Ports et Transports ( SCTP) ex-ONATRA, avec une capacité d’exploitation totale estimée à 1.600.000 tonnes. Ce port est subdivisé en 4 installations :

Sur la place de Kinshasa, il existe une cinquantaine des Ports privés, exploités par les transporteurs privés, y compris les petits points d’accostages des unités en bois (les baleinières). Parmi eux, les ports les plus importants disposent des grues (20 à 25 tonnes de capacité) et de quelques élévateurs. La plupart ne disposant pas d’engin de manutention, les louent en cas de besoin.

 

 

Mobilisation/Valorisation de l’Eau

Suivi/Évaluation de l’Eau

Réunion du Comité de pilotage du Projet RAOB-PNUD/FEM

Au cours d’une visioconférence qui s’est tenue les 26 et 27 août 2020, le Secrétaire Général de la CICOS, Mme ENAW née Judith EFUNDEM AGBOR, a présidé en sa qualité de Présidente en exercice du Réseau Africain des Organismes de Bassin (RAOB), la 2ème réunion du Comité de Pilotage (COPIL) du Projet RAOB-PNUD/FEM.

 

La Présidente du RAOB prenant des notes et assisté de ses collaborateurs

A l’ouverture des travaux, les participants ont eu droit à une série d’allocutions qui a vu un certain nombre de personnalité se succéder devant l’écran. Tout d’abord le Secrétaire Technique Permanent du RAOB, le Haut-Commissaire de l’Organisation de la Mise en Valeur du fleuve Sénégal (OMVS), M. Hamed Diané SEMEGA, qui a délivré son mot de bienvenu. Ensuite, la Représentante du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), principal bailleur du Projet, Mme AKIKO Yamamoto qui place la réunion sous le signe de l’espoir. Puis, le Secrétaire Exécutif du Conseil des Ministres Africains Chargés de l’Eau (AMCOW), M. Canicius KANANGIRE, qui a réitéré le soutien inconditionnel de son Organisation aux initiatives du RAOB, et enfin la Présidente du RAOB, Mme ENAW née Judith EFUNDEM AGBOR, Secrétaire Général de la CICOS, qui a remercié tous les membres du Comité de pilotage, pour leur disponibilité.

Durant les deux jours des travaux, les participants se sont essentiellement pencher sur les deux points inscrits à l’ordre du jour, à savoir l’examen et l’adoption du rapport de l’évaluation à mi-parcours du Projet, d’une part, et de la demande d’extension du Projet ainsi de ses modalités, d’autre part. Mais avant, le Comité de Pilotage a examiné et validé formellement, l’approche adaptative proposée, qui consiste à mettre l’accent davantage sur les activités liées à la Composante 1 du Projet portant sur le renforcement des capacités du RAOB.

S’agissant du Rapport à mi-parcours, après des débats nourris autour de sa présentation faite par le consultant, ainsi que des commentaires et questionnements des membres du Comité de Pilotage, ces derniers ont adoptés les 9 recommandations proposées, moyennant quelques amendements. Ces recommandations ont globalement porté entre autres, sur les mesures nécessaires pour aider le RAOB à renforcer ses relations avec l’AMCOW ; la rationalisation de la composition du Comité de Pilotage du Projet portant leur nombre à deux représentants par région, avec une prise en charge partagée entre le Projet et la région concerné ; les mesures d’amélioration et de renforcement des rapports de collaboration entre les deux agences d’exécution du Projet qui sont l’OMVS et l’UNESCO; et l’adoption des mesures urgentes pour accélérer la mise en œuvre des activités à impacts visibles, en vue de l’atteinte des résultats attendus, au regard du retard accusé.

Pour ce qui est de l’extension du projet sur une période d’un an, celle-ci qui se justifie largement au regard du retard de démarrage du Projet et du contexte de la crise sanitaire liée à la COVID 19, a fait l’objet d’un échange entre les participants, aussi bien sur le fonds que sur la forme de la demande à adresser au PNUD. Au final et après concensus, celle-ci a été adoptée, sous réserves de quelques amendements.

Les travaux ont pris fin par un satisfecit général exprimé par les membres du COPIL qui se sont félicités de la réussite de cette première réunion en mode virtuel qui n’a pas connu des difficultés techniques majeures, et a permis une bonne qualité des débats, ayant abouti à des décisions constructives.

Un aperçu en mode webinair, de certains membres du COPIL du Projet

Clôture des travaux, les participants se disant au revoir !

 

 

 

 

 

 

 

LE PROJET RAOB-PNUD/FEM EN QUELQUES MOTS

Le projet « Renforcement des capacités institutionnelles du Réseau Africain des Organismes de Bassin (RAOB) contribuant à l’amélioration de la gouvernance transfrontalière de l’eau en Afrique » est financé par le Fonds pour l’Environnement Mondial (FEM) à travers le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et mis en œuvre par l’OMVS et l’UNESCO. L’objectif du projet vise fondamentalement à renforcer les capacités de coordination et de collaboration des Organisations et Commissions africaines des bassins lacustres et fluviaux et les cadres de coopération pour la gestion des eaux souterraines transfrontalières, ainsi que celles de leurs États membres en vue d’améliorer la gouvernance transfrontalière de l’eau en Afrique. Le projet comporte  deux composantes : i) le renforcement des capacités institutionnelles du RAOB pour qu’il puisse jouer son rôle en tant qu’organe technique du Conseil des Ministres Africains de l’Eau (CMAE) et ii) le renforcement des capacités de ses membres composés des Organismes de Bassins Fluviaux et Lacustres (OBF/L), des Communautés Economiques Régionales (CER) et des Commissions des Eaux Souterraines (CES) afin de favoriser la coopération transfrontalière, l’échange de connaissances, d’expériences et de leçons apprises dans le domaine de la gestion de l’eau.

Les activités du projet sont articulées autour des Cinq (05) domaines prioritaires définis dans la stratégie décennale 2015–2024 du RAOB et qui sont le renforcement des capacités institutionnelles, la gestion et le partage des connaissances, les eaux souterraines, le financement durable, et le changement climatique.

 

Simon Sakibédé, Deuxième Secrétaire Général de la CICOS ( 2010-2016)

SA BIOGRAPHIE

I- ETAT CIVIL

NOM                       :       SAKIBEDE

PRÉNOM                :       Simon

DATE DE NAISSANCE : 24 octobre 1947

ETAT CIVIL             :       Marié et père de huit (08) enfants

NATIONALITÉ        :       Centrafricaine

II- DIPLOMES

  1. Baccalauréat, 1969.
  2. Brevet du 2e cycle de l’Ecole Nationale d’Administration (ENA) de Bangui, 1971.
  3. Licence en Droit Public (Paris II), 1975.
  4. Diplôme de l’Institut International d’Administration Publique de Paris (section Economique et Financière), 1976.
  5. Préparation du Certificat d’Aptitude à la Profession d’Avocat (CAPA) (Paris I), 1976.
  6. Diplôme d’Etudes Approfondies (DEA) en Droit Public (Paris II), 1977.
  7. Certificat Supérieur d’Economie en Transports (Lyon II), 1994.

III- FONCTIONS OCCUPEES

IV- AUTRES ACTIVITES

V- GRADE DANS LA FONCTION PUBLIQUE

VI- DISTINCTION HONORIFIQUE

Rôle et Attributions de la DRE

Conformément à l’article 22 de la Décision n° 08/CICOS-CM.05 du 13 décembre 2007, modifiant la Décision n°05/CICOS-CM-01 du 27 novembre 2003 portant Organisation et Fonctionnement du Secrétariat Général de la CICOS, la Direction des Ressources en eau, est chargée de :

Rôle et Attributions du Secrétaire Général

Haut fonctionnaire et personnalité engagée, le Secrétaire Général de la CICOS  a rang et prérogative de Chef de Mission Diplomatique. A ce titre il incarne les idéaux de solidarité et d’intégration à travers l’eau, fixés par les Chefs d’Etats des pays membres de la CICOS, dans l’Accord instituant un Régime Fluvial Uniforme et créant la CICOS. Celui-ci définit entre autres, les attributions du Secrétaire Général comme suit :

préparer et exécuter le budget de la Commission, après sa validation par les Instances supérieures

Equipe du Secrétariat Général

Mme ENAW née Judith EFUNDEM AGBOR

         Secrétaire Général de la CICOS

Rôle et attributions 

 

Monsieur Georges GULEMVUGA GUZANGA

Directeur des Ressources en Eau

Rôle et attributions

 

Monsieur Dieumerci BAKANGO

Chef Service Contrôle de Gestion

Rôle et attributions

 

Monsieur Gabin AHEMBINA

Expert Principal,

Chef de Service Comptable par Intérim

Rôle et attributions 

 

Monsieur Augustin WAYAWO

Chef de Service Informatique

Rôle et attributions

 

Monsieur Halilou ABOUBAKAR

Chef de Service Information, Communication et Education

Rôle et attributions

 

Dr Dorice KUITCHA épouse KENGNI (PhD)

Chef Service de Prévention de la Pollutions et des Risques

( Direction de l’Environnement)

Rôle et attributions

 

Mme BAGAMBULA Darie Claude KEBANO

Chef de Service de la Réglementation

(Direction Juridique et de la Réglementation)

Rôle et attributions

 

Monsieur Blaise Léandre TONDO

Expert Principal

Ingénieur Hydraulicien-Economiste

(Direction des Ressources en Eau)

Rôle et attributions de la DRE

 

Monsieur Albert PANDI

Expert Principal 

(Direction des Ressources en Eau)

Rôle et attributions de la DRE

 

 

Monsieur Patrice KIORONINY

Expert Principal en charge des Infrastructures et Voies Navigables

(Direction des Equipements, Infrastructures et Voies Navigables)

Rôle et attributions de la DEIVN

Mme Audrey ZOULA

Expert Principal 

(Service Planification, Prospective et Coopération)

Rôle et attributions du SPPC

 

Mme TAGNY KAZADI Cyrille Laure

Expert en charge de l’Exploitation 

(Direction des Equipements, Infrastructures et Voies Navigables)

Rôle et attributions de la DEIVN

 

 

Monsieur Teodoro MUAMBA CABONGO

Expert au Service Comptabilité

Rôle et attributions du SC

 

 

Madame Mireille Valérie NGASSAM

Chef du Secrétariat Particulier du Secrétaire Général

Rôle et attributions 

 

 

Mme YONA GODELINE

Assistante au Service Administratif, Financier

et des Ressources Humaines (SAF-RH)

Rôle et attributions du SAF-RH

Madame Lilas NYENGOSSO

Assistante Principale au Pôle Secrétariat

Madame Omba NETTE

Assistante Principale au Pôle Secrétariat

 

Biographie du Secrétaire Général de la CICOS

Madame ENAW née Judith EFUNDEM AGBOR a été nommée le 22 février 2016, Secrétaire Général de la CICOS, par le Comité des Ministres de la CICOS, réuni en session extraordinaire à Kinshasa, en République Démocratique du Congo. Elle remplace à ce poste, Monsieur Simon SAKIBEDE, arrivé en fin de mandat. Elle a été installée le 1er avril 2016, par le Président du Comité des Ministres de la CICOS Monsieur Edgard Alain MEBE NGO’O, Ministre des Transports de la République du Cameroun.

Née à Mbinjong Mamfe, dans la Région du Sud-Ouest du Cameroun, Madame ENAW née Judith EFUNDEM AGBOR est diplômée de World Maritime University of Malmô en Suède et détentrice d’un Master en Administration maritime et en protection de l’Environnement Maritime. Mais avant, elle a suivi toutes ses études primaires, secondaires et universitaires dans son pays au Cameroun où elle a décroché à l’Université de Yaoundé II, le Diplôme d’Etudes Supérieures (DSS) en Philosophie de droit.

Elle a fait toute sa carrière professionnelle dans l’administration camerounaise au Ministère des Transports où elle a gravi tous les échelons jusqu’au rang de Directeur des Affaires Maritimes et des Voies Navigables. Parallèlement à ces fonctions, Madame ENAW Judith a été point focal du Cameroun au niveau de l’Organisation Maritime Internationale (OMI) basée à Londres et de la Régional Maritime University située à Accra au Ghana. Depuis 2013, elle a été membre du Comité de Direction de la CICOS jusqu’à sa nomination à la tête du Secrétariat Général.

Madame ENAW née Judith EFUNDEM AGBOR est mariée et mère de trois enfants.

Mot du Secrétaire Général

Chers internautes,

J’ai l’honneur et le plaisir de  vous accueillir parmi les nombreux visiteurs du site web de la CICOS. Ce site constitue l’une de principales plateformes d’information de notre Institution, pour mieux vous présenter nos missions et ce que nous faisons. Elle vous offre essentiellement deux types d’informations : les informations d‘actualité sur les activités et projets, et aussi les événements qui meublent le vécu quotidien de la Commission, d’une part,  et les informations d’ordre général et à caractère technique, qui portent sur les accords et les décisions, qui fondent et guident l’existence de la CICOS, d’autre part. Dans ce même ordre, vous trouverez aussi des données et caractéristiques techniques sur les ressources en eau du bassin du Congo et leurs principaux usages, pour alimenter vos recherches et documenter vos projets et autres productions. Nos publications, les avis et les appels offres, pour notre fonctionnement quotidien, ne sont pas du reste. 

Il s’agira pour vous, tout au long de votre navigation à travers ses différents liens, de découvrir et de vous familiariser avec nos actions et nos projets qui s’inscrivent dans la quête permanente de l’excellence que s’est donnée la CICOS, pour relever les défis de la gestion durable des ressources en eau du bassin du Congo. Défis qui sont liés à nos deux  mandats à savoir ; la promotion de la navigation intérieure et, la Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE) du bassin du Congo.

L’un de ces défis majeurs, reste l’intégration socio-économique régionale pour le développement harmonieux des pays et le bien-être des populations, telle qu’énoncé par notre Vision Partagée à l’horizon 2035. Pour la CICOS, l’aboutissement heureux de cette intégration, passe inexorablement par la navigation fluviale, qui constitue l’un des maillons forts des échanges commerciaux dans cette sous-région Afrique centrale, abondamment gâtée par la nature. Nos projets et actions dans ce domaine, touchent tous les aspects : formation et recyclage des acteurs, harmonisation de la réglementation, facilitation et amélioration de la sécurité, remise à niveau des infrastructures, etc.

S’agissant de la GIRE, son apport dans la construction d’une intégration solide et durable, reste incommensurable. Nos projets qui s’y rapportent, portent sur l’un des enjeux cruciaux liés à la gestion des ressources en eau à savoir la prévention des conflits, notamment à travers la connaissance, le suivi et la mobilisation de la ressource en eau. A ce niveau, notre intervention se situe dans la réhabilitation et le renforcement du réseau hydrométrique du bassin du Congo, notamment la mise en place et l’opérationnalisation d’un Outil de Modélisation et d’Allocation de la ressource; le développement des applications sur l’altimétrie spatiale liée aux ressources en eau dans le bassin du Congo.

Dans cette lancée, depuis sa création, la CICOS est soutenue bien entendu, aussi bien par ses Etats membres que par un réseau de partenaires techniques et financiers, dense et dynamique qui lui permet de mettre en œuvre ses principaux projets. C’est le lieu ici de leur renouveler toute la reconnaissance de notre Institution. Il s’agit principalement de la Banque Africaine de Développement (AFD), de la Coopération Internationale Allemande (GIZ), de l’Union Européenne, de la Coopération Française à travers l’Agence Française de Développement et le Fond Français pour l’Environnement Mondial (FFEM). De plus, la CICOS coopère étroitement avec certaines Institutions des Nations Unies, telles que le PNUD, l’UNESCO et la FAO.

Grace à cette chaîne de solidarité et à l’accompagnement de ses Etats membres, la CICOS compte apporter des solutions durables aux multiples défis majeurs qui interpellent l’Afrique en général et l’Afrique Centrale en particulier, en matière de gestion des ressources en eau, notamment la problématique de l’accès à l’eau pour tous, conformément à la vision africaine sur l’eau et aux Objectifs de Développement Durable Six (ODD 6).

Par le biais de ce site web et à travers d’autres canaux d’informations, nous vous tiendrons informé de l’évolution de cet engagement, tout en vous invitant à vous servir du mécanisme de feedback qu’il vous offre, pour en faire un outil d’information et de communication dynamique et interactif, au service de l’Afrique et du monde.

Mme ENAW née Judith EFUNDEM AGBOR